Soutenance de la thèse de doctorat de Laurent Fenoy

Le samedi 19 novembre 2011, Laurent Fenoy soutiendra sa thèse de doctorat, intitulée

Chypre île refuge. 1192 – 1473. 

Migrations et intégration dans le Levant latin

Sous la direction de Monsieur Gérard Dédéyan , professeur émérite à l’université Montpellier 3  et Monsieur Gilles Grivaud, professeur à l’université de Rouen

 Membres du Jury :

M. Gérard DEDEYAN. Professeur émérite à l’université Montpellier 3

M. Patrick GILLI. Professeur à l’université Montpellier 3

M. Gilles GRIVAUD. Professeur à l’université de Rouen

Mme Brunehilde IMHAUS. Maître de conférences honoraire.  Docteur d’Etat

Mme Elisabeth MALAMUT. Professeur à l’université d’Aix-Marseille I

M. Jean RICHARD. Professeur émérite à l’Université de Bourgogne et membre de l’Institut (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)

M. Karam RIZK. Professeur à  l’université Saint-Esprit. Kaslik. Liban.

 La soutenance aura lieu au Centre d’Etudes Médiévales de Montpellier. Université Paul Valéry – Montpellier III.  Site de l’Hôpital Saint-Charles, rue Henri Serre. 34000 Montpellier. Salle des colloques numéro 2.

 A la fin de la soutenance un pot sera offert auquel sont conviés tous les membres du CEMM et les personnes intéressées par la Chypre médiévale.

 

Résumé de la thèse :

Bien des sources chrétiennes relayées par des études des XIX et XXe siècles considèrent la domination des Lusignan en Chypre comme la manifestation d’un double affrontement interconfessionnel.  Les rois latins auraient fait de l’île un refuge face à l’expansion de l’Islam avant d’avilir les autochtones Grecs en s’appuyant sur des « réfugiés conquérants », à savoir les Francs et leurs alliés chrétiens orientaux chassés du Proche-Orient. Mais à l’aune de l’écheveau migratoire de la Méditerranée orientale, sauf à exagérer l’impact de l’affrontement entre croisade et jihad, l’ampleur et la nature des migrations affectant Chypre entre 1192 et 1473 ne permettent pas de caractériser l’île par la notion de refuge chrétien: dans la continuité de migrations pluriséculaires Chypre demeure une terre d’accueil façonnée par des dynamiques réticulaires souvent étrangères aux logiques de confrontations interconfessionnelles. Le rôle de Chypre comme île refuge se lit mieux dans sa dimension de conservatoire des nations, lequel s’affirme au même rythme que s’érige une identité chypriote. La reconnaissance officielle de la singularité de chaque communauté peut parfois hiérarchiser la société au profit des seuls Latins : elle n’en fonde pas moins une organisation insulaire consensuelle, car en revêtant un tour intercommunautaire le débat social et identitaire prémunit des dynamiques assimilatrices et favorise l’intégration progressive de tous les Chypriotes aux affaires du royaume. L’île s’impose alors comme un refuge des cultures où une hyper-identité kypriotique coiffe autant d’hypo-identités que Chypre compte de nations, permettant à tous les Kypriotes de vivre ensemble sans se confondre.