Nouvelles parutions !

La fin de l’ordre du Temple, dir. Marie-Anna CHEVALIER, Geuthner, 2012. Préface de  Jean RICHARD, conclusions d’Alain DEMURGER

La Fin de l’ordre du Temple

 —————-

 Hommes, cultures et sociétés à la fin du Moyen Âge. Liber discipulorum en l’honneur de Philippe Contamine, dir.Patrick GILLI, Jacques PAVIOT, Presses Universitaires de Paris Sorbonne, 2012

Pour acquérir cet ouvrage : un clic !

 

—————–

Isabelle ORTEGA, Les lignages nobiliaires dans la Morée latine (XIIIe-XVe siècle). Permanences et mutations, Brepols, 2012

Pour acquérir cet ouvrage : un clic !

 

8-9 décembre 2011. Colloque sur les Identités dans le Midi (XIIe-XVe s)

 Colloque international, 8-9 décembre 2011

Les identités urbaines dans les Midi de la France (XIIe-XVe siècles)

Lieu : Montpellier, site Saint-Charles de l’Université Paul Valéry, salle des colloques

 Responsables : Enrica Salvatori, università di Pisa, atrick Gilli, université Montpellier 3

 Organisation : Centre d’études médiévales de Montpellier (CEMM, EA 4583)

 

 

Programme — 8 DÉCEMBRE

1) Cités, évêques et religion civique (rapporteur Simone Balossino) – 9h-9h30

9h30-10h : Jean-Paul Boyer, université d’Aix-Marseille, « Louis d’Anjou, dans les délibérations municipales de la première moitié du XIVe »

10h-10h30 : Thierry Pécout, université d’Aix-Marseille, « Evêques et identités urbaines dans les cités des comtés de Provence et Forcalquier (XIIIe – début XIVe siècle) »

10h30-11h : Enrica Salvatori, université de Pise, “Afflato religioso e identità cittanina nella Confratenita dello Spirito Santo di Marsiglia”

11h00-11h30 : discussion

11h30-12h00 : Pause

  2)  Sédimentation documentaire et construction de la mémoire urbaine (rapporteur Pierre Chastang, université de Versailles-Saint-Quentin) – 12h-12h30

12h30-14h00 : Pause déjeuner

14h30-15h : Florent Garnier, université de Clermont-Ferrand, “Les livres de comptes consulaires et la mémoire urbaine dans le Midi de la France au Moyen Âge”

15h-15h30: Monica Baldassarri, université de Pise, « Monnaies et cité du Midi de la France et de l’Italie tyrrhénienne : une comparaison”

15h30-16h00: Geneviève Dumas, université de Sherbrooke, «Le mémorial de Bertrand Paul, notaire du consulat de Montpellier (1387-1410): gestion documentaire et identité urbaine »

16h00-16h30: Gilda Russo, université de Montpellier 3, “Usage linguistique et mémoire collective  : le cas de la Chronique occitane de Montpellier : (Ms. AA9 des archives municipales)”

16h30-17h00 discussion

  9 DÉCEMBRE

 3) Unité et diversité de la ville (rapporteur Michel Hébert, UQAM) – 9h-9h30

 9h30-10h : Judicael Petrowiste, université de Paris VIII, « Tolosana patria. Le consulat de Toulouse dans ses relations avec son arrière-pays (XIIe-XIIIe siècles) »

10h-10h30 : Steven Bednarski, St. Jerome’s University in the University of Waterloo, « Et inter ipsos esset pax » Cerner la cohésion urbaine par les registres criminelles : le cas de Manosque au bas Moyen Âge

10h30-11h : Discussion et pause

11h00-11h30 : Lynn Gaudreault (UQAM), « Le rôle des notaires dans la construction identitaire et mémorielle de la ville : l’exemple du premier registre de délibérations communales de Brignoles (1387-1391) »

11h30-12h00 : Damien Coulon, université de Strasbourg,  “Perpignan et son identité marchande”

12h00-12h30 : Julien Théry, université Montpellier 3,  « Seigneuries épiscopales et pouvoirs urbains en Languedoc au siècle du rattachement à royaume capétien (v. 1200-v. 1315) »

12h30-14h00 : Pause Déjeuner

4) Identité vécue, identité construite et société urbaine (rapporteur Enrica Salvatori, université de Pise) – 14h30-15h

15h30- 16h : Leah Otis, CNRS-Université Montpellier 1, “La construction juridique de l’identité urbaine dans le Midi de la France, XIIIe-XIVe siècles’

16h30-17h : Laurent Macé, université de Toulouse 2, “Le sceau à l’agneau des villes méridionales : Toulouse, Béziers, Narbonne et Carcassonne au XIIIe siècle”

17h-17h30 : Pause

17h30-18h : François Otchakovsky-Laurens, université d’Aix-Marseille, “1348, la réunification de Marseille : l’assemblée de la ville construit son universitas

18h30 : discussions et clôture du colloque

 Repas de clôture

Soutenance de la thèse de doctorat de Laurent Fenoy

Le samedi 19 novembre 2011, Laurent Fenoy soutiendra sa thèse de doctorat, intitulée

Chypre île refuge. 1192 – 1473. 

Migrations et intégration dans le Levant latin

Sous la direction de Monsieur Gérard Dédéyan , professeur émérite à l’université Montpellier 3  et Monsieur Gilles Grivaud, professeur à l’université de Rouen

 Membres du Jury :

M. Gérard DEDEYAN. Professeur émérite à l’université Montpellier 3

M. Patrick GILLI. Professeur à l’université Montpellier 3

M. Gilles GRIVAUD. Professeur à l’université de Rouen

Mme Brunehilde IMHAUS. Maître de conférences honoraire.  Docteur d’Etat

Mme Elisabeth MALAMUT. Professeur à l’université d’Aix-Marseille I

M. Jean RICHARD. Professeur émérite à l’Université de Bourgogne et membre de l’Institut (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)

M. Karam RIZK. Professeur à  l’université Saint-Esprit. Kaslik. Liban.

 La soutenance aura lieu au Centre d’Etudes Médiévales de Montpellier. Université Paul Valéry – Montpellier III.  Site de l’Hôpital Saint-Charles, rue Henri Serre. 34000 Montpellier. Salle des colloques numéro 2.

 A la fin de la soutenance un pot sera offert auquel sont conviés tous les membres du CEMM et les personnes intéressées par la Chypre médiévale.

 

Résumé de la thèse :

Bien des sources chrétiennes relayées par des études des XIX et XXe siècles considèrent la domination des Lusignan en Chypre comme la manifestation d’un double affrontement interconfessionnel.  Les rois latins auraient fait de l’île un refuge face à l’expansion de l’Islam avant d’avilir les autochtones Grecs en s’appuyant sur des « réfugiés conquérants », à savoir les Francs et leurs alliés chrétiens orientaux chassés du Proche-Orient. Mais à l’aune de l’écheveau migratoire de la Méditerranée orientale, sauf à exagérer l’impact de l’affrontement entre croisade et jihad, l’ampleur et la nature des migrations affectant Chypre entre 1192 et 1473 ne permettent pas de caractériser l’île par la notion de refuge chrétien: dans la continuité de migrations pluriséculaires Chypre demeure une terre d’accueil façonnée par des dynamiques réticulaires souvent étrangères aux logiques de confrontations interconfessionnelles. Le rôle de Chypre comme île refuge se lit mieux dans sa dimension de conservatoire des nations, lequel s’affirme au même rythme que s’érige une identité chypriote. La reconnaissance officielle de la singularité de chaque communauté peut parfois hiérarchiser la société au profit des seuls Latins : elle n’en fonde pas moins une organisation insulaire consensuelle, car en revêtant un tour intercommunautaire le débat social et identitaire prémunit des dynamiques assimilatrices et favorise l’intégration progressive de tous les Chypriotes aux affaires du royaume. L’île s’impose alors comme un refuge des cultures où une hyper-identité kypriotique coiffe autant d’hypo-identités que Chypre compte de nations, permettant à tous les Kypriotes de vivre ensemble sans se confondre.